Focus sur le Burkina Faso

20 mai 2016

 

Le Burkina Faso…

  • Nom officiel: Burkina Faso
  • Capitale: Ouagadougou
  • Superficie: 274 200 km
  • Population: plus de 17 millions d’habitants
  • Président: Roch Marc Christian KABORE
  • Type de gouvernement : démocratie présidentielle, assemblée nationale
  • Espérance de vie: 52 ans
  • Taux de mortalité infantile : 169/1000
  • Taux d’accroissement annuel population: 2.6 %
  • Langue officielle: français
  • Groupe majoritaire: mossi ou mooré (53 %)
  • Groupes minoritaires : une soixantaine de langues dont le peul (7,8 %), le dioula (8,8 %), le bissa (3 %), le lobi (2,7 %), le lyélé (2,1 %) et le marka (1,9 %), etc.
  • Situation : le Burkina Faso est situé en Afrique de l’Ouest et entouré par le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Niger, le Togo
  • Fleuves: le Mouhoun, le Nazinon et le Nakambé (anciennement Volta noire, Volta rouge et Volta blanche)
  • Produits agricoles: sorgho, millet, maïs, arachide, sucre, riz, coton
  • Ressources minières: manganèse, calcaire, marbre, or, cuivre, nickel, bauxite
  • Produits exportés: coton, noix de karité, or, bovins, caprins, ovins, graines de sésame, fruits et légumes
  • Climat: tropical (saison sèche = novembre-mai ; saison des pluies = juin-octobre)

 

Système éducatif :

Le système éducatif au Burkina Faso a trois niveaux:

– le niveau primaire destiné aux enfants dont l’âge est compris entre 7 et 13 ans ;

– le niveau secondaire pour la tranche d’âge de 13 à 19 ans ;

– l’université.

1930731_29495663565_3244_nA tous ces trois niveaux, le taux d’inscription des filles est inférieur à celui des garçons. Il est de l’ordre de 36.78 % contre 24.31 % pour les filles du niveau primaire.

Le gouvernement tente de remédier à cet écart en fournissant des subventions. L’éducation primaire est subdivisée en trois niveaux de deux ans chacun : le niveau préparatoire, le niveau élémentaire et le niveau moyen.

En 1992, le pays comptait 2587 écoles primaires, mais des efforts remarquables sont fournis pour augmenter le nombre de salles de classe. L’éducation primaire est sanctionnée par le diplôme du C.E.P.E. (le Certificat d’étude Primaire Elémentaire).

L’éducation secondaire est organisée en deux cycles de quatre et trois ans. La fin de chaque cycle est aussi sanctionnée par un diplôme. L’enseignement au secondaire comprend : l’enseignement général, l’enseignement technique et la formation professionnelle qui inclut la formation des professeurs et des maîtres.

Nombre d’établissements scolaires au Burkina Faso sont publics, mais depuis quelque temps, on assiste à une floraison d’établissements privés.

Le Burkina Faso possède trois universités d’une capacité totale d’environ 10 000 étudiants :

  • L’université de Ouagadougou, fondée en 1974,
  • L’Université Polytechnique de Bobo Dioulasso ouverte pendant l’année scolaire 1995-1996
  • L’université de Koudougou, ouverte en 2005.

 

La ville de Koudougou

Koudougou est située à 90 kilomètres à l’Ouest de Ouagadougou et est actuellement la troisième ville du pays, derrière Ouaga et Bobo. La population de Koudougou ville et des villages alentours s’élève aujourd’hui à plus de 120.000 habitants.

Au niveau géographique, Koudougou est la préfecture du département du Boulkiemdé, la capitale de la région du Centre- Ouest, la ville est divisée en 10 secteurs, est traversée par la ligne de chemin de fer Ouaga-Abidjan (Côte d’Ivoire) et reliée à Ouagadougou par une route goudronnée.

Au niveau touristique, Koudougou est très peu visitée et ne présente pas d’attraits majeurs. Son aspect touristique principal est l’organisation annuel du célèbre festival des nuits atypiques de Koudougou (NAK). C’est plutôt une ville administrative et qui a aussi la chance d’accueillir une des trois universités du Burkina. On y trouve aussi l’usine Fasotex, qui est l’ancienne Faso Fani, fleuron de la production de vêtements et de tissus dans les années 80 et 90. Le secteur informel est très développé au Burkina et donc aussi à Koudougou. On y trouve de nombreux artisans et toute une série de petits métiers variés. La journée, la ville est très animée, notamment grâce à son superbe marché central. La nuit, quelques maquis traditionnels s’ambiancent et les koudougoulais s’y retrouvent pour boire une bière et « causer ». Koudougou présente la caractéristique d’être une ville très sécurisée, très accueillante, très chaleureuse et où on ne s’ennuie jamais ! C’est une ville idéale pour découvrir le Burkina, loin du côté « grandeur et décadence » et oppressant de villes comme Ouaga ou Bobo. A Koudougou, on peut « se perdre », flâner en toute tranquillité, aller à la rencontre de la population et découvrir le quotidien des burkinabé. C’est la grande richesse de la ville. A quelques kilomètres de Koudougou, on se retrouve aussi tout de suite dans les villages typiques du Burkina. Quand on vient un jour à Koudougou, on y revient toujours…

Pour visiter Koudougou grâce à Google Map, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://maps.google.fr/maps?f=q&hl=fr&geocode=&q=Koudougou=burkina=faso&ie=UTF8&t=h&z=16