Le mandat d’ADJAO…

22 février 2018

Pour ADJAO, l’éducation ne peut se concevoir que dans sa globalité : santé, éducation, égalité et protection pour chaque enfant. Si ce dernier doit d’abord être entouré d’une famille, être en bonne santé, bénéficier de protection, ensuite être scolarisé et/ou formé, il doit aussi pouvoir s’épanouir dans un bon cadre de vie en dehors de l’école et de son milieu du quotidien, notamment par la pratique de loisirs ou de sport et par l’accès à la culture.

ADJAO estime que d’autres structures sont plus expérimentées et mieux outillées pour travailler au Burkina sur les questions d’accès à la scolarité ou à la formation, sur les aspects liés à la santé ou à la lutte contre les violences faites aux enfants. Il a donc été décidé de nous focaliser sur un secteur davantage délaissé mais tout aussi important au regard de notre vision, celui de la contribution à l’éducation des jeunes par l’accès facile et pour toutes et tous aux loisirs, au sport et à la culture.

Le mandat d’ADJAO se base donc sur l’article 31 de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui reconnaît le droit de chaque enfant au « repos et aux loisirs, au jeu et aux activités récréatives propres à son âge, et à la participation libre à la vie culturelle et artistique » et vise à :

Travailler en partenariat avec des structures du Burkina Faso et les soutenir (par des investissements financiers dans des structures, des méthodes ou des équipements individuels et collectifs), afin de promouvoir l’éducation comme un droit individuel fondamental et poursuivre la réalisation effective et concrète de ce droit, principalement par l’amélioration de l’accès aux loisirs, au sport et à la culture, pour tout enfant et adolescent.